Améliorer le dialogue social, le pari des formations communes

Depuis deux ans, l’INTEFP, l’institut de formation des agents du ministère du travail, conçoit et expérimente des formations communes. Le principe : former ensemble représentants d’employeurs et de salariés au dialogue social. Elles ont été présentées à l’Université d’hiver de la formation professionnelle organisée par le Centre Inffo, le 30 janvier dernier.

Des membres d’observatoires départementaux du dialogue social (ODDS), les dirigeants et les élus du personnel de deux PME rhône-alpines, les 24 négociateurs du réseau des CCI… tous ont en commun d’avoir participé, ensemble, à une session de formation au dialogue social, au cours de l’année 2019. Un exercice inédit, puisque comme le rappelle Sébastien Grosjean, responsable de la mission « formations communes » à l’INTEFP, « traditionnellement, les acteurs se forment chacun de leur côté ». Les formations communes, a contrario, visent à travailler ensemble et en toute transparence sur la qualité des relations, les processus de négociation et les méthodes de dialogue social.

 

_______________

Consulter les offres de formation en Négociation d’accord

_______________

 

Des séquences pour déconstruire les clichés

formation_commune_CCI_dialogue social

Formation des négociateurs de CCI France en juillet 2019. Photo : INTEFP Format Dialogue.

La démarche débute avant la formation : « Nous rencontrons en amont toutes les parties prenantes pour construire le dispositif sur-mesure », précise Sébastien Grosjean. Pour le réseau des CCI, l’objectif était de préparer la négociation de la future convention collective du personnel ; pour les deux PME, d’améliorer le fonctionnement du CSE ou d’accompagner la création d’une UES et d’un CSE de groupe.

Les sessions durent deux jours, et sont dispensées de façon continue ou discontinue (dans le cadre de formations actions). Grâce à des jeux pédagogiques, à des vidéos, à mises en pratique, à des échanges avec des intervenants extérieurs, les stagiaires apprennent petit à petit à communiquer, à coopérer, à interroger leurs pratiques et leurs représentations. « Ces formations déconstruisent l’idée que la négociation se résume à l’expertise technique des sujets, mais aussi les clichés que les acteurs peuvent avoir les uns sur les autres », poursuit-il.

Ainsi, le jeu pédagogique « bleu-rouge », inspiré du « dilemme du prisonnier », « permet de voir ce qui se joue dans la négociation, explique André Milan, qui a animé plusieurs formations communes. Les équipes se placent-elles dans une logique de conflit ou de coopération ? Les participants se font-ils confiance ou jouent-ils de manière cachée ? Les négociateurs respectent-ils leur mandat ou sont-ils influencés par leurs interlocuteurs ? ». Autre exemple : l’exercice de survie, qui permet de prendre conscience de l’intérêt de la coopération dans la prise de décision.

 

Quel financement pour les formations communes ?

organismes de formation communeLes formations communes peuvent être prises en charge par l’employeur dans le cadre des plans de développement des compétences ou des plans de formation pour les agents de la fonction publique.

Pour les salariés, elles peuvent également être suivies dans le cadre d’un congé de formation économique, sociale et syndicale, mais uniquement au sein d’un organisme ou d’une institution listés dans le décret dédié.

Pour les employeurs, elles peuvent être prises en charge par le fonds d’assurance formation des travailleurs non-salariés.

Enfin, les opca devenues des opco, les collectivités territoriales ou les Direccte peuvent participer à leur financement. Un accord de branche ou d’entreprise peut également prévoir des modalités de financement des formations communes (article L2212-2 du code du travail).

__________________

Consulter les offres de formation Droit social RH

__________________

Équidistance et neutralité des animateurs de la formation commune

Pour fonctionner, les formations communes doivent se dérouler dans un climat de confiance, ce qui passe par le respect des principes d’équidistance et de neutralité des animateurs. Les formations communes sont donc confiées à un binôme : Céline Collot, consultante chez Alixio et André Milan, ancien responsable de la CFDT Transport Environnement et désormais senior adviser chez BPI Group ont ainsi animé ensemble plusieurs formations. « Même si la tentation est parfois grande, nous ne sommes pas là pour faire de la médiation ou pour accompagner la négociation. Notre rôle est d’outiller les participants pour qu’ils envisagent une autre manière de dialoguer », insiste André Milan. « Les participants doivent se sentir légitimes et savoir que leur parole sera écoutée et respectée », ajoute Céline Collot.

formation commune INTEFP_dialogue social

Photo : INTEFP Format Dialogue.

Dans le cas de CCI France, les négociateurs ont conclu un accord de méthode deux mois après la session, ce qui n’avait rien d’évident, car les syndicats étaient au démarrage très divisés : « c’était la première fois qu’ils arrivaient à se parler », note André Milan. Néanmoins la négociation de la convention collective s’avère difficile et l’intersyndicale s’est finalement fracturée. La culture du dialogue social ne s’acquiert sans doute pas en deux jours, même si les formations communes impulsent de réelles dynamiques. « Un dirigeant de PME nous a dit qu’il avait pu faire en quelques jours ce qu’il aurait mis normalement deux ans à réaliser », témoigne ainsi Sébastien Grosjean.

 

_______________

Consulter les offres de formation Gestion des IRP

_______________

 

Comment sont nées les formations communes ?

C’est dans le rapport Combrexelle sur la négociation collective, remis en 2015, que l’on trouve l’idée de « mettre en place des formations communes syndicats/entreprises » sur la base d’un cahier des charges garantissant « la neutralité, le contenu et la qualité de l’enseignement, le profil des enseignants et l’approche pratique et non théorique ». L’auteur citait notamment l’expérience du Québec « où la négociation est enseignée comme une technique et une méthode ».

En 2016, la proposition est reprise dans un rapport du CESE, puis dans la loi du 8 août 2016 qui introduit dans le code du travail (article L1222-1) le principe de formations communes « visant à améliorer les pratiques du dialogue social dans les entreprises ». L’INTEFP est alors chargée d’écrire le cahier des charges, de déployer et de promouvoir les formations communes. Sept organisations syndicales représentatives (CFDT, CFTC, FO, CFE-CGC, Medef, CPME, U2P) participent au comité national de suivi.

 

Élodie Sarfati
A savoir égal
Agence de digital learning en social-RH

 

A télécharger : le cahier des charges des formations communes